Nouvelles


Créativité et innovation au menu de l’édition automnale d’Agora Forum



3 octobre 2017 — Comme c’est la coutume depuis plusieurs années, l’édition automnale d’Agora Forum a le même thème que la Conférence annuelle du loisir municipal (CALM). Les sujets de certains articles correspondent d’ailleurs à quelques-unes des présentations offertes à la 18e CALM. Il est donc question, dans ce numéro, de créativité en tant que défi des municipalités innovantes.

En éditorial, Guy Dionne se demande si la créativité est vraiment possible en milieu municipal. Les perceptions sont plutôt négatives à cet égard, affirme-t-il, mais oui, c’est possible, croit-il. Comment? « Pour que la créativité puisse s’exprimer, écrit-il, le gestionnaire “moderne” doit favoriser l’empowerment de ses ressources, cette forme de responsabilisation qui permet aux employés de donner le meilleur d’eux-mêmes à partir de toutes leurs capacités. » Il faut savoir réserver du temps à la réflexion, tout en s’assurant que le « processus cadre avec la réalité du monde du travail municipal, tant dans sa culture et son fonctionnement administratif que dans son contexte de gouvernance politique ».

Le professeur André Thibault signale que passer de la créativité à l’innovation ne va pas de soi. C’est « tout un parcours! » affirme le titre de son article. Chose certaine, les services de loisir ont besoin d’innover, mais il ne s’agit pas uniquement de trouver des solutions rapides à divers problèmes. Il faut « penser en dehors de la boîte » pour vraiment innover de façon durable et structurante. L’exercice exige de prendre du recul par rapport au quotidien, de savoir et pouvoir vivre avec l’inconnu, enfin de bien maîtriser les contours et la culture de la boîte où il faut innover. Les champs d’innovation ne manquent pas en loisir : intégration du e-loisir, accompagnement d’enfants ayant des besoins particuliers, évaluation en temps réel de la participation, besoins des aînés, animation des plateaux sportifs en fonction des familles, etc.

Denis Poulet s’est penché sur les services de loisir face aux changements climatiques en examinant les stratégies de Montréal, tout particulièrement en matière de patinoires extérieures. Des hivers plus courts et plus chauds ont en effet d’indéniables répercussions sur la pratique des sports de glace.

Sylvain Hénault a réalisé une entrevue avec Jacques Faguy, spécialiste de design urbain, sur l’approche originale de la Ville de Québec en matière de « places éphémères », ces lieux publics aménagés temporairement pour les rencontres, la détente et l’animation. Le modèle de Québec est franchement novateur.

Novatrice aussi, la nouvelle politique de développement social à Laval. Janique Letellier et Pierre Tessier, tous deux employés de la Ville de Laval, racontent le cheminement original et fort démocratique qui a permis d’en arriver à cette politique. À l’enseigne des nouvelles orientations, on retrouve des valeurs et des principes que l’AQLM connaît et défend bien : accessibilité universelle, créativité et innovation, développement durable, équité, inclusion et intégration, solidarité.

La créativité et l’innovation distinguent également l’aménagement de vélos-haltes à Wentworth-Nord. Le reportage de Jocelyn Garneau sur l’initiative exemplaire de cette petite municipalité montre qu’on peut faire beaucoup avec peu, et que la participation des citoyens à l’idéation et l’exécution de projets utiles peut s’avérer fort précieuse.

La rubrique du projet Espaces fait bonne place à la créativité. Denis Poulet et Adèle Antoniolli ont posé une série de questions à deux architectes paysagistes sur l’aménagement des parcs. Marie-France Turgeon et Marie-Bernard Pasquier ont des points de vue fort intéressants sur le sujet. De quoi faire réfléchir les gestionnaires de parcs et les aider à prendre un peu de recul (condition nécessaire pour innover) au moment de planifier l’aménagement ou le réaménagement d’espaces de loisir publics.

Créatif et innovant, le projet-pilote pour renouveler et stimuler le bénévolat dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal, montre les nombreuses facettes à exploiter dans ce domaine. Mise sur pied d’un service d’accompagnement des organismes, adhésion du conseil d’arrondissement à la Charte du bénévolat, dépliant et kiosque promotionnels, réseautage, partenariat étroit avec l’unité régionale de sport et de loisir (Sport et Loisir Montréal) sont autant d’ingrédients qui, mis ensemble, ne peuvent que garantir la meilleure des adaptations d’un service public aux visages nouveaux du bénévolat.

Les pratiques exemplaires présentent trois initiatives innovantes : le Créalab de Repentigny, un espace conçu pour les adolescents à la bibliothèque municipale; le Passeport santé de Saint-Constant, programme d’incitation à l’acquisition de saines habitudes de vie; et la Politique en art urbain et la lutte aux graffiti à Longueuil.

Enfin, le président sortant de l’AQLM, Charles Pagé, livre son dernier « mot du président ». Un regard rétrospectif sur les quatre dernières années, avec un rappel constant que, en loisir public, il faut « avoir du plaisir dans tout ce que nous faisons ».